mardi 9 mai 2017

CHANSON DOUCE — SLIMANI LEÏLA — 2/5


« S'il n'étaient pas sans cesse dans leurs pattes, à geindre, à réclamer de la tendresse, Paul et Myriam pourraient aller de l'avant et faire à Louise un enfant. »

 Roman / Contemporain

Ebook Gallimard 2016 / 2016 France

227 pages

RÉSUMÉ :
Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.


COMMENTAIRE :

Prix Goncourt 2016, dans le cadre de la lecture du mois de Mars sur Livraddict : Sujet Général Forum

Typiquement le genre de livre qui me sort de ma zone de confort, je lis quasiment pas de littérature contemporaine.

Le style de l'auteure est excellent mais l'histoire... c'est la chronique d'un fait divers, on y trouve en plus tout les clichés de la vie à 100 à l'heure que l'on est sensé mener de nos jours.
Les parents travaillent tout les 2, rentrent fatigués, la maman culpabilise un peu d'avoir repris le travail, passent beaucoup de choses aux enfants et à la nounou, celle-ci fait l'autruche face à ses problèmes jusqu’au craquage, les "témoins" ont la culpabilité du survivant car n'ont pas vu les "signes". Bref on enfonce des portes ouvertes.

Par contre on ne peut qu'être en empathie avec les personnages, tous, car en se plaçant dans leurs têtes on voit leurs faiblesses au quotidien, l'auteure a parfaitement su nous impliquer émotionnellement. D'autant plus que l'on voit Louise sombrer de plus en plus sans espoir qu'elle ai de l'aide puisque l'on connait dès la première page, la tragique fin des enfants.
On se place tour à tour à la place de la maman Myriam, du papa Paul, de la nounou Louise et parfois d'une voisine, de la fille de Louise et à la fin de la commissaire avant la reconstitution.
Du coup à la fin du livre on peut voir les différents point de vu comme étant des conclusions personnelles de la commissaire.

J'ai donc aimé le style de Leïla Slimani, le livre se lit vite et agréablement, par contre l'histoire ne m'a pas passionné.

PORTRAIT-CHINOIS :

*   Chiffre : 3 adultes pour 1 drame
*   Couleur : Bleu de la mer grecque
*   Mot : Fait divers
*   Objet : Couteau comme arme de crime
*   Personnage : Louise la nounou

GRIBOUILLDOLIE :

 Portrait robot de Louise
Avant / Après

A CONTRARIO :

 Comptine violente



@++
nono

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire